Marc Copland au festival Jazz à la vilette 2012

Réalisateur: Samuel Thiebaut

Line-up:
Marc Copland – piano

Bill Carothers étant bloqué aux Etats-Unis, le duo se transforme en solo de Marc Copland.

Ces deux Américains à Paris se connaissent déjà bien lorsqu’ils décident d’enregistrer pour la première fois ensemble, en 2006, un album intitulé No choiceMarc Copland, pianiste de Philadelphie passé par le saxophone, s’illustre d’abord à New-York au début des années 80 où il fait ses armes aux côtés de Gary Peacock et Bill Stewart. Mais c’est en Europe qu’il deviendra leader, appelé par un producteur français à enregistrer son premier album solo, Poetic motion, en 2001. C’est aussi avec Peacock et Stewart que Bill Carrothers, pianiste de Minneapolis, grandit à New-York, et devient ce musicien délicat et serein. Avec le romantique Copland, les deux Américains se sont trouvé un répertoire commun, avec des classiques du jazz comme du rock. Entre « Take the A train » et « The needle and the damage done », de Neil Young, ils reprennent également le « Lonely woman » d’Ornette Coleman : toujours loin des originaux, plus nerveux et comme insatiables, mais gardent l’essence de leurs partitions de départ. On peut imaginer qu’en live, ils n’auront de cesse d’étirer les morceaux, pour mieux découvrir ce que les notes ne nous cachent à nous, attentifs auditeurs.

Article Global Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Eli Pets

7 Responses to “Marc Copland au festival Jazz à la vilette 2012”

  1. partitions dit :

    You’re in point of fact a good webmaster. The web site loading velocity is amazing. It kind of feels that you’re doing any distinctive trick. Furthermore, The contents are masterwork. you have done a fantastic task in this matter!

  2. Susie dit :

    jajajaajaj no conocía este blog!! me picó ahora la curiosidad al verte por el fanokeob,co veas lo que me acabo de reír con tu post!! Mi peque es igualito,no se corta un pelo y a cada momento paso unas verguenzas que no veas jajaja bendita inocencia infantil. Besos!

  3. It’s hard to tell since Charlotte lived in Brussels as a teacher and student. Lucy is a teacher in a fictional French country. Who is speaking Bronte or Lucy? It’s a blurry line and I keep thinking ‘Charlotte’ when I should think ‘Lucy.’

  4. Non mais c’est justement ça qui est scandaleux, et vous ne vous en rendez pas compte, alors qu’on va droit dans le mur, il est urgent d’agir!

  5. disse:viagra…Hello! I just would like to give a huge thumbs up for the great info you have here on this post. I will be coming back to your blog for more soon….

  6. What a loving and gracious post. Thank you, Chris, for sharing it. It rings very true to the woman we knew, but also illuminates the woman we had no way to know. I’m glad you didn’t end up in that convenience store for all of our sake, but I love the sentiment that you are more valuable than your job…whatever it might be.

  7. There’s a terrific amount of knowledge in this article!

Leave a Reply